Logo du Laboratoire de Didactique et d'Epistémologie des Sciences
Chercher sur le site


Contactez-nous

Historique

Télécharger au format pdf

Les recherches en éducation thérapeutique ont démarré en 1985 suite à une rencontre tout autant surprenante que fructueuse avec Jean Philippe Assal. alors privat-docent et responsable de l’unité de diabétologie à la faculté de Médecine de Genève et à l’Hôpital cantonal de Genève. Jean Philippe Assal avait invité André Giordan à parler pour son équipe sur les conceptions des patients. Son enthousiasme pour nos travaux avait surpris l’équipe du LDES qui n’avait jamais imaginé que ses travaux pouvaient avoir des retombées sur le domaine médical en dehors de la formation des personnels soignants.

En effet, depuis 1980, le LDES était intervenu sur la connaissance et la prise en compte des conceptions des patients dans de nombreuses institutions de formations médicales ou paramédicales. La première demande émanait de Christiane Martin, enseignante alors à l’école de la Croix-Rouge de Lausanne et aujourd’hui directrice de l’IRSP.

Depuis une collaboration informelle, puis formelle s’est mise en place progressivement avec cette l’unité de diabétologie devenue la Division d’Enseignement Thérapeutique pour les Maladies Chroniques. Elle a débouché sur :

  • des évaluations des enseignements mis en place, notamment par la mise au point de grille d’évaluation,
  • des séminaires internes portant la prise en compte des obstacles de compréhension des patients et la recherche de messages adaptés, sur la conception de matériel didactique,
  • des participations au séminaire annuel de Grimentz et
  • la mise en place du premier diplôme d’enseignement thérapeutique.

Une convention entre le LDES et la Division d’Enseignement Thérapeutique pour les Maladies Chroniques dirigé alors par Jean Philippe Assal, devenu professeur et directeur, est venue parachever cette collaboration de 20 ans…

Avec la nouvelle direction d’Alain Golay, cette collaboration s’est encore amplifiée. Elle porte maintenant sur la place de l’Art-Thérapie, sur le rôle de la mesure, sur le désir d’apprendre, le désir de changer et l’environnement motivationnel. Le modèle allostérique de l’apprendre semble particulièrement bien adapté à ces approches, il est cependant reformulé à la lumière des questions et des besoins de l’éducation thérapeutique. Greg Lagger et André Giordan assure la coordination entre les deux équipes.

En parallèle, André Giordan et divers membres du LDES (notamment Raul Gagliardi, Mireille Lintz, Francine Pellaud, Jennifer Ajuriaguerra, Greg Lagger) ont continué à intervenir dans des formations d’infirmiers, de médecins, de diététiciennes, de formateurs de professionnels paramédicaux pour différentes institutions (Hôpital cantonal de Genève, Croix Rouge Lausanne, Fédération de la Croix Rouge internationale, Bon secours Genève, Université de Parme, UQUA à Montréal, UQUA Trois Rivièves, Hôpital de la Pitié-Salpétrière…).

Ils répondent à des consultations d’association de malades (Actif Club en Belgique, cancers du sein en France et en Suisse, Asthme et Parkinson en France,..) ou de laboratoire de matériels médicaux (Baxter). L’équipe du LDES intervient également dans la mise en place du nouvel enseignement du Master : Education et Santé mis en place par Jean François Divernois et Rémi Gagnayre.

Les livres particulièrement utilisés lors des formations sont :

Sur l'apprendre

  • A. Giordan et G. De Vecchi, Les origines du savoir, Delachaux, Neuchatel, 1987
  • A. Giordan, Apprendre !, Belin, 1998, nlle édition 2002

Sur les conceptions et leur exploitation

  • G. De Vecchi et A. Giordan, L'enseignement scientifique, Comment faire pour que "ça marche" ?, Delagrave, Nlle édition augmentée 2002
  • A. Giordan, J. et F. Guichard, Des idées pour apprendre, Delagrave, Nlle édition 2002

Signalons également les travaux effectués dans les domaines de l’éducation à la santé et dans la prévention des maladies nosocomiales (voir par ailleurs).


© Laboratoire de Didactique et d'Épistémologie des Sciences 2008